Menu

Japan Week Spokane

L’OMS appelle à une nouvelle approche de la toxicomanie

Les scientifiques ont récemment acquis de nouvelles connaissances vitales sur la dépendance aux drogues, à l’alcool et au tabac. Cette connaissance n’a pas été traduite efficacement dans la politique de santé publique, a déclaré l’Organisation mondiale de la santé dans un nouveau rapport publié jeudi. Le rapport résume les nouvelles découvertes sur la façon dont les substances psychoactives imitent les effets des neurotransmetteurs naturels et interfèrent avec le fonctionnement normal du cerveau en modifiant le stockage, la libération et l’élimination de ces émetteurs. La dépendance à la substance est déterminée par des facteurs psychosociaux, culturels et environnementaux. Bien que l’on en sache plus sur ce trouble complexe, les scientifiques sont encore incapables de prédire quels individus deviendront dépendants avant ou après la prise de drogues, indique le rapport. La société est également affectée non seulement par la dépendance aux substances, mais aussi par la dépendance aux drogues. par l’expérimentation et l’usage nocif par des individus qui ne sont pas dépendants, par exemple, des surdoses ou l’utilisation d’aiguilles souillées pour s’injecter des drogues, ce qui peut répandre le VIH. Le rapport a également constaté que de nombreuses personnes drogues, l’alcool, ou le tabac avaient des troubles mentaux et que les professionnels de la santé devraient traiter les conditions ensemble.Il a dit une intégration Une approche était également nécessaire pour lutter contre la dépendance aux substances psychoactives légales, telles que le tabac et l’alcool, ainsi qu’aux drogues illégales, les plus courantes étant le cannabis, suivi par les amphétamines, la cocaïne et les dérivés de l’opium comme l’héroïne. les gouvernements à ne pas considérer la dépendance au tabac, à l’alcool et aux drogues comme un manque de volonté ou de force de caractère, mais plutôt comme un trouble neurologique ou psychiatrique qui peut être guéri mais qui peut être traité efficacement. Il conseille aux gouvernements de ne pas stigmatiser Ces problèmes ont souligné l’existence de traitements efficaces tels que la prescription de médicaments de substitution et la thérapie psychosociale visant à modifier le comportement des patients et à les réintégrer dans la société. Les problèmes sanitaires et sociaux associés à l’usage du tabac et de l’alcool et les substances illicites nécessitent une plus grande attention de la part de la communauté de la santé publique et des réponses politiques appropriées,  » Le directeur général de l’OMS, le Dr Lee Jong-wook, a déclaré, soulignant les conclusions du rapport. Le fardeau mondial de la toxicomanie et sa menace pour la santé publique sont considérables, indique le rapport. Le tabagisme et l’alcool représentaient le cinquième des 10 principaux facteurs de risque de maladies évitables cités dans le Rapport sur la santé dans le monde 2002 de l’OMS. Le tabac et l’alcool représentaient respectivement 4,1% et 4,0% du fardeau mondial de la maladie. La neuroscience de l’usage de substances psychoactives et de la dépendance est disponible à www.who.int/substance_abuse/en/|n|Roma femme et les substances illicites en grande partie prises par les hommes en Europe et en Amérique du Nord. Une femme rom qui allègue avoir été stérilisée sans son consentement lors d’une procédure d’urgence dans un hôpital hongrois porte son cas devant les Nations Unies. Les registres montrent que la femme, alors âgée de 28 ans, était en train de subir une stérilisation. Des douleurs de la main-d’oeuvre et des saignements abondants ont été emportés par un véhicule d’urgence à l’hôpital Szatm & ry-Beregi dans le Feh é rgyarmat dans le nord-est de la Hongrie le 2 janvier 2001. Des examens ont montré que a déclaré le Dr Andr Kany, qui, avec d’autres membres de l’équipe d’urgence de l’hôpital, avait été prévenu par le personnel médical d’urgence de l’arrivée imminente de la femme. &#x00022 Après l’échographie et un examen physique, je lui ai posé des questions sur sa famille et elle m’a dit qu’elle avait trois enfants. Je lui ai demandé si elle prévoyait en avoir plus, et elle a dit non,  » dit le Dr Kany, gynécologue, anesthésiste et spécialiste des soins intensifs. Après que la femme eut signé un formulaire de consentement décrivant la procédure et après que les risques possibles aient été expliqués, le Dr Kany ó a pratiqué une césarienne pour retirer le bébé mort et a ligoté les trompes de Fallope de la femme http://suhagra4ed.com. La stérilisation devait être faite afin que les grossesses qui suivraient ne mettraient pas sa vie en danger. C’était la seule chose que je pouvais faire. C’était sa deuxième césarienne. C’était strictement une décision professionnelle,  » Il a noté qu’elle avait été à l’hôpital le 20 décembre pour un examen et qu’elle devait revenir le 27 décembre, mais elle ne s’est jamais présentée. comprendre le formulaire de consentement et que certaines parties de celui-ci étaient illisibles.Avec l’aide du Centre européen des droits des Roms et du Bureau de la défense juridique pour les minorités nationales et ethniques, elle a porté plainte devant le tribunal le 22 novembre 2002. Le tribunal a rejeté sa demande au motif qu’elle avait donné son consentement à la chirurgie, elle et ses avocats ont fait appel à une cour supérieure. Cette cour a annulé la décision du tribunal inférieur, mais a jugé que la stérilisation était réversible, qu’elle n’avait subi aucun préjudice durable et qu’elle n’avait pas droit à une indemnisation. Le point essentiel à souligner est que le tribunal n’a pas contesté les faits de l’affaire, il n’a pas fourni de recours parce qu’il ne comprenait pas la question du consentement,  » Branimir Plese, directeur juridique du Centre européen des droits des Roms. Le centre et le Bureau de la défense juridique pour les minorités nationales et ethniques portent maintenant l’affaire devant le Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes. Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.