Menu

Japan Week Spokane

Les spécialistes demandent un accès plus ouvert au traitement de l’asthme

Un groupe de spécialistes des voies respiratoires a appelé à modifier la façon dont les patients accèdent aux médicaments contre l’asthme, y compris les corticostéroïdes, dans le but d’améliorer le contrôle de la maladie.

Dans un commentaire de la MJA, trois spécialistes de Melbourne disent qu’un million d’Australiens ont un asthme incontrôlé, d’après les chiffres d’un sondage réalisé en 2015 auprès de plus de 2600 patients.

Un quart des personnes interrogées n’utilisaient pas régulièrement des dispositifs préventifs, malgré un asthme incontrôlé. Un autre 20% avait des symptômes incontrôlés, même en utilisant régulièrement des dispositifs de prévention.

« La solution logique à ce problème est de re-concevoir l’accès aux médicaments contre l’asthme », écrivent-ils. « Les préventeurs doivent être rendus plus accessibles. »

Ils se félicitent des discussions sur la mise à disposition de corticostéroïdes inhalés à faible dose (CSI) en vente libre, comme indiqué dans la nouvelle stratégie du Conseil national de l’asthme (CNA).

Ils proposent également d’autres mesures «radicales», notamment la surveillance de la distribution de médicaments de secours, la mise en place de centres spécialisés «d’asthme difficile» et l’introduction sur le marché d’un aérosol-doseur combiné à action préventive.

Le professeur associé Mark Hew, co-auteur, directeur de la médecine respiratoire à l’hôpital Alfred de Melbourne, affirme qu’il n’y a pas encore de médicament combiné à faible dose combiné avec un médicament à action rapide en Australie.

«L’article de la MJA vise à souligner le besoin de changements conceptuels … dans la façon dont nous gérons l’asthme, au-delà de l’amélioration de la mise en œuvre des lignes directrices», dit-il.

«Les idées ne sont que des exemples de la façon dont nous pourrions procéder, et réduirons le risque d’utilisation d’un dispositif de soulagement à haute fréquence sans prévention concomitante – une pratique qui augmente le risque d’exacerbation et de mort d’asthme.»