Menu

Japan Week Spokane

Infections cutanées de Staphylococcus aureus de Panton-Valentine Leukocidin-positives

Au rédacteur en chef, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’article de Zanger et al [1] concernant les infections cutanées à la leucocidine PVL positive à Panton-Valentine Staphylococcus aureus Selon les auteurs, leurs résultats montrent que «les récidives et les abcès profonds étaient fortement associés avec la présence de gènes luk-PV « et » favoriser le rôle indépendant du PVL comme facteur de virulence « dans l’infection de la peau et des tissus mous SSTI Il est important d’évaluer ces résultats en parallèle avec des preuves récentes de la littérature qui ne rôle majeur de cette toxine dans la maladie de S aureus Des études épidémiologiques robustes ont indiqué que, au moins pour le SSTI, la PVL ne semble pas déterminer les résultats cliniques [2, 3] De plus, les modèles de lapin n’ont pas démontré une forte corrélation La sévérité et la présence de gènes PVL [4, 5] Les modèles de lapin sont maintenant considérés comme les seuls modèles animaux acceptables pour l’étude de la fonction PVL, car ses neutrophiles sont Enfin, les anticorps spécifiques de la PVL ne protègent pas contre l’infection de la peau par S. aureus chez les enfants [7] Un autre sujet de discussion est le site de colonisation préférentielle de S aureus Zanger et al. Les auteurs ont démontré que la colonisation oropharyngée avec S aureus peut être plus fréquente que la colonisation nasale [8-10] Bien que l’on ignore si le portage oropharyngé est un facteur de risque d’infection subséquente, ces découvertes pourraient avoir des implications majeures dans la conception scientifique. études, dans le dépistage des porteurs, et dans les efforts de décolonisation

Remarque

Conflits d’intérêts potentiels L’auteur certifie qu’aucun conflit n’a été signalé. L’auteur a soumis le formulaire ICMJE pour la divulgation des conflits potentiels de conflit d’intérêts que les éditeurs considèrent comme pertinents pour le contenu du manuscrit effet.