Menu

Japan Week Spokane

Prédicteurs de décès après une infection à Clostridium difficile: un rapport sur des cas de souches variqueuses provenant d’un hôpital universitaire au Royaume-Uni

Nous avons évalué la relation entre le type de souche, les facteurs cliniques et les résultats chez les patients atteints d’une infection à Clostridium difficile. Le type de souche n’a été associé à aucun critère d’évaluation. de l’échec du traitement et de la mort

Aucun des termes d’interaction n’a été inclus dans le modèle final, qui incluait uniquement la cardiopathie ischémique et le taux d’albumine ⩽ g / L comme prédicteurs indépendants de décès. Le traitement par le métronidazole n’était pas significativement associé à la mortalité toutes causes confondues. traitement spécifique, le métronidazole était associé à un risque plus élevé de décès. % CI, -; P = et a été associée à un taux plus élevé d’échec précoce du traitement, par rapport à la vancomycine par voie orale, % CI, -; P = En outre, parmi les patients dont le décès était lié au CDI, un traitement spécifique a été administré: le métronidazole seul, une association de métronidazole et de vancomycine, et la vancomycine seule, ou la mortalité liée au CDI du métronidazole versus vancomycine; % CI, -; P = La mortalité élevée dans notre cohorte et l’absence d’association entre BI / souches et résultats indésirables pourraient s’expliquer si DH / se comportait également comme une souche virulente Nous avons analysé la relation entre le type de souche BI /, DH /, et d’autres Tableau de comorbidité, de gravité et de résultats Tableau Les patients avec DH / CDI étaient plus âgés et plus immunodéprimés, alors que ceux avec BI / CDI étaient plus souvent diabétiques; Cependant, dans l’ensemble, la comorbidité n’était pas liée au type de souche. Les patients avec BI / CDI avaient un taux de créatinine plus élevé à la présentation, alors que ceux avec DH / CDI avaient un niveau de protéine C-réactive plus élevé à la présentation; Cependant, dans l’ensemble, la gravité de la maladie n’était pas liée au type de souche. Aucune différence n’a été constatée dans une mesure des résultats dans une comparaison des types de souche.Discussion Au cours de la dernière décennie, l’incidence de l’ICD a augmenté en Amérique du Nord et en Europe. augmentation de la sévérité de l’ICD Ces changements ont été associés à l’émergence de souches BI / hypervirulentes La distribution des types de souches parmi les cas de notre étude DH /,%; BI /,% et la disparition presque complète des souches J / sont typiques des hôpitaux anglais à l’heure actuelle Le taux de mortalité parmi les patients de notre étude est typique des études dans lesquelles des épidémies de BI / CDI ont été rapportées. n’a pas trouvé de relations statistiquement significatives entre le type de souche et la mort, la sévérité de la présentation, l’échec précoce du traitement ou la rechute, soit en analyse univariée, soit en analyse de régression logistique pour détecter l’interaction entre souche et maladie sous-jacente. la mort chez nos patients était une comorbidité – en particulier une cardiopathie ischémique – et la sévérité de la maladie à la présentation se manifestait par une hypoalbuminémie et une insuffisance rénale. Aucun système validé n’existe pour évaluer la sévérité de l’ICD à la présentation et notre système de notation prédéterminé était basé sur le Royaume-Uni. Cependant, nos résultats sont conformes aux rapports récents selon lesquels la détérioration La fonction al et l’hypoalbminémie sont des marqueurs de mauvais pronostic Plusieurs rapports récents ont indiqué que le métronidazole peut être associé à une réponse plus lente au traitement et à des taux de guérison plus faibles que la vancomycine par voie orale pour les ICD. Le métronidazole en cas d’ICD sévère se traduit par un taux global de mortalité plus élevé. Au cours de l’année écoulée, des études ont montré que les souches BI / peuvent ne pas être associées à de plus mauvais résultats dans les milieux où les souches BI sont endémiques injecter. Le type de souche sur la maladie peut être simplement le résultat d’une petite taille d’étude mais peut représenter de vraies différences dans le comportement de BI / souches dans des contextes où il est épidémique ou non épidémique La capacité différente des antibiotiques à induire la production de toxine par BI / souches L’explication de cette DH / souches de C difficile est fréquente au Royaume-Uni mais rarement observée ailleurs Il est possible que nous ne trouvions pas BI / c Il est intriguant, alors, que les patients avec DH / CDI dans notre étude aient eu une réponse de protéine C-réactive plus marquée au diagnostic. Nos chiffres sont petits, cependant, et un autre Une étude réalisée dans un hôpital anglais similaire au nôtre a démontré une tendance à une mortalité plus élevée chez les patients avec BI / CDI, comparé à qui DH / CDI DH / souches sont typiquement résistantes aux quinolones et produisent une toxine non toxinogène produisant Notre étude est petite, a été menée dans un seul centre de santé, et ne peut exclure la possibilité que les souches BI soient associées à de plus mauvais résultats. Cependant, les données cliniques détaillées que nous avons collectées nous ont permis de situer le rôle du type de contrainte dans le contexte Des études multicentriques avec plus de participants sont nécessaires pour valider nos résultats Les efforts pour améliorer les résultats de l’IDC doivent se concentrer sur l’évaluation du risque, la gravité de la maladie et l’optimisation du traitement. pour tous les patients avec CDI plutôt que de se concentrer sur les souches BI / hypervirulentes

Remerciements

Soutien financier Les coûts de la culture de C difficile et le typage des isolats dans cette étude ont été couverts par des subventions accordées par Optimer Pharmaceuticals à DC et DNG et au département de recherche du ministère des Anciens Combattants aux États-Unis. la prévention des CDI sous licence à ViroPharma Incorporated; est consultant pour Cepheid, BD GeneOhm, Merck, GOJO Industries, Optimer Pharmaceuticals, Schering-Plough, Cubist, Actelion et Medicines Company, Dr Reddy’s, TheraDoc et ViroPharma; et détient des subventions de recherche de Cepheid, MassBiologics, Merck, Industries GOJO, Optimer Pharmaceuticals, et ViroPharma DMC est sur le bureau des conférenciers pour Cubist Tous les autres auteurs: pas de conflits