Menu

Japan Week Spokane

Éthique de la collecte et de l’utilisation des données de santé

L’assurance qualité est un concept large incluant des activités d’audit, d’amélioration de la qualité et de gouvernance clinique . L’assurance de la qualité et la recherche exigent toutes deux la collecte et l’analyse systématiques des données de tous les patients (pertinents). Cependant, alors que les activités de recherche doivent généralement faire l’objet d’un examen éthique indépendant, les activités d’audit sont exemptées de cet examen. Les patients qui utilisent un système de soins de santé ont la responsabilité éthique de contribuer aux activités d’assurance qualité et à la recherche épidémiologique basée sur des bases de données à l’échelle de la population, comme le nouveau service national de santé du Royaume-Uni. programme 4, car ils bénéficieront de telles activités. Cependant, la participation à l’assurance qualité et à la recherche épidémiologique implique généralement l’utilisation des données des patients sans leur consentement. En contrepartie de cette perte d’autonomie et du risque potentiel (de divulguer des informations susceptibles de nuire), les patients doivent s’attendre à ce que les activités d’assurance qualité soient éthiquement saines, les ressources de santé engagées dans l’assurance qualité et les avantages justifiant les risques et les charges. 3 Le rapport du US Hastings Center considère que les activités de recherche peuvent être distinguées de l’assurance qualité et suggère que les organisations assument la responsabilité de l’éthique de leur propre assurance de la qualité. .2 5 6 En revanche, le rapport australien convient avec beaucoup d’autres que la distinction n’est pas possible et suggère que les comités d’éthique de la recherche devraient être abordés lorsque des problèmes éthiques potentiels existent. 3 6 7Les lois sur la protection des données rendent urgente la résolution de ce problème. L’assurance qualité peut être arrêtée, 8 8 activités non éthiques peuvent survenir, 8 9 et la recherche peut être rebaptisée comme assurance de qualité pour éviter un examen minutieux, surtout parce que le cadre éthique de la recherche est de plus en plus dépassé, retardant ou empêchant souvent la recherche10. la collecte et l’utilisation de données à des fins non cliniques ont trait à la relation entre les patients en tant que groupe et les organisations (comme les équipes cliniques, les hôpitaux entiers). Il est supposé que la plupart des questions éthiques se poseront dans le contexte de la recherche, alors que d’autres activités dans les organisations de santé sont automatiquement éthiques. Cette hypothèse a conduit à des tentatives de catégoriser la recherche séparément des autres activités.11 Cependant, ces hypothèses sont invalides; les organisations de santé ne sont pas plus ou moins susceptibles que les chercheurs de mener des activités éthiquement douteuses. Nous devons donc nous demander comment veiller à ce que la collecte et l’analyse des données des patients dans les soins de santé soient éthiques. Collecter et utiliser les données générées par les patients, au-delà de la simple prise de décision clinique, n’est éthiquement valable que s’il y a raisonnablement survenir) une question à laquelle il faut répondre; la méthodologie (conception, données collectées, etc.) répondra à la question; et les coûts, y compris les ressources en soins de santé communaux et les risques et le fardeau imposés aux participants, justifient les avantages pour la société.Poser les questions dans la boîte aidera à identifier la nature et l’étendue de toute préoccupation éthique. Questions à poser à tout processus de collecte systématique de données en soins de santé ConceptionLa méthode répondra-t-elle à la question posée? Comment chaque participant sera-t-il informé de l’étude? Est-ce que chaque participant sera en mesure de choisir de participer ou non? La méthode de recrutement des participants sera-t-elle juste? Coût Quelles ressources organisationnelles le projet utilisera-t-il? Quel sera le fardeau supplémentaire imposé au (x) participant (s)? s) Avantage: Quel avantage pourrait-il en résulter pour le (s) participant (s)? Quels avantages pourraient en bénéficier pour la société? Mais qui devrait poser les questions et qui devrait faire le jugement éthique? Le rapport du Hastings Center soutient de manière convaincante que les comités d’examen institutionnels constituent un obstacle éthique et social externe unique. sont une façon inappropriée d’atteindre des normes éthiques en matière d’assurance de la qualité.2 Au lieu de cela, les auteurs recommandent que la responsabilité première de la conduite éthique de l’amélioration de la qualité soit confiée à des organisations individuelles. . . [il] devrait être intégré dans la supervision et la gestion normales, les responsables de l’organisation étant [responsables] de voir que l’intégration a lieu et est efficace. ” Il n’y a aucune raison pour que cette recommandation ne s’applique pas à toutes les activités dans le domaine de la santé, y compris la recherche12. Des situations potentiellement difficiles nécessitant une aide indépendante se présenteront toujours. Les comités d’éthique existants pourraient fournir des conseils indépendants3, mais seulement si leur charge de travail totale est réduite. Ceci pourrait être réalisé si les problèmes éthiques étaient considérés proportionnellement à l’importance du problème éthique.3 6 7 12 Nous avons besoin d’une échelle éthique pour nous soulever sur les problèmes, pas d’un obstacle éthique pour entraver les gens qui entreprennent des recherches. Les organisations devraient avoir des procédures internes pour s’assurer que leurs activités sont éthiques, et elles ne devraient chercher de l’aide externe que lorsque cela est nécessaire. Enfin, nous devons vérifier que les organisations prennent leurs responsabilités éthiques au sérieux.2 Les responsabilités professionnelles, personnelles et organisationnelles le comportement doit être explicite et les organisations doivent intégrer des considérations éthiques dans toutes les activités de gestion. L’exécution de cette tâche devrait être examinée par des organismes externes de surveillance et d’accréditation.2 En résumé, la responsabilité éthique de la collecte et de l’analyse systématiques des données des patients à quelque fin que ce soit incombe aux personnes et aux organisations impliquées. Les arrangements organisationnels internes devraient permettre de résoudre la plupart des problèmes, mais lorsqu’ils sont complexes ou difficiles, une aide externe devrait être recherchée auprès d’une source accréditée, comme les comités d’éthique. Les organismes d’accréditation externes devraient vérifier les procédures d’examen éthique lorsqu’ils vérifient d’autres aspects d’une organisation.