Menu

Japan Week Spokane

La France durcira les règles du procès en matière de drogue après son décès

Le ministre français de la santé a présenté un plan visant à renforcer les règles concernant les essais de médicaments à usage humain à la suite d’un test expérimental qui a tué un volontaire en janvier.

Le ministre, Marisol Touraine, a également exigé que la société Biotrial qui a mené le procès fatal fournisse un plan d’action dans un délai d’un mois pour garantir que les « violations majeures » ne puissent plus se reproduire.

« Si ce n’est pas le cas, nous suspendrons leurs activités et si ce rapport est remis, nous procéderons à des vérifications d’ici la fin de l’année », a déclaré Touraine lors d’une conférence de presse.

« Cet accident aurait dû être signalé sans délai à l’Agence nationale pour la sécurité des médicaments », a-t-elle déclaré.

« Mais le laboratoire ne l’a signalé formellement le jeudi 14 janvier, quatre jours après que le premier volontaire a été transporté à l’hôpital et trois jours après la décision de suspendre le test. »

Mme Touraine a souligné que l’enquête menée par l’administration de la santé montrait que les conditions d’autorisation du procès par la firme rennaise étaient « conformes à la législation en vigueur », mais que Biotral avait manqué à son devoir acidité de l’estomac.

Le procès de la société pharmaceutique portugaise Bial a impliqué 90 volontaires sains. Il a été arrêté après que six personnes soient tombées gravement malades, et un est mort. – AP