Menu

Japan Week Spokane

Sigma pessimiste quant aux négociations de Chemist Warehouse

Le différend sur l’entente d’approvisionnement entre Sigma et le Chemist Warehouse Group devrait se conclure par un arbitrage.

C’est ce que Mark Hooper, PDG de Sigma Healthcare, a déclaré aux actionnaires lors de la présentation semestrielle de la société jeudi.

Il y a « toujours la possibilité » d’un résultat négocié. [Mais] si vous me demandiez un jugement aujourd’hui, je pense que nous sommes plus susceptibles de nous retrouver en arbitrage « , a-t-il dit.

Mais d’une manière ou d’une autre il serait réglé avant Noël.

M. Hooper a déclaré que les ventes de Sigma à Chemist Warehouse avaient chuté au cours des six derniers mois.

« Je pense que cela reflète le fait qu’ils prennent un peu plus de produit directement que par le passé. »

Il ne savait pas si cela était lié au différend concernant un arrangement en matière d’approvisionnement exclusif.

« Cela pourrait être … un rappel » de l’importance de Chemist Warehouse.

« Pour nous, cela ne fait que renforcer l’importance de chercher d’autres avenues de croissance. Cela renforce la stratégie sur laquelle nous sommes déjà engagés. « 

L’arc le plus récent dans cette stratégie est le 18 $. 5 millions d’acquisition de Medication Packaging Systems (MPS), leader du marché des services d’administration de doses aux établissements de soins aux personnes âgées.

M. Hooper a déclaré que cela pourrait également mener à la croissance de la pharmacie communautaire, compte tenu du récent financement du gouvernement fédéral pour les aides à l’administration des doses antidote.

« Cela fera partie de l’histoire de la croissance pour [l’exercice 2019] et au-delà. »

L’acquisition a été finalisée quelques heures avant que Sigma publie son rapport semestriel pour la période se terminant le 31 juillet.

Le chiffre d’affaires d’un peu plus de 2 milliards de dollars a baissé d’environ 6%, ce qui a été «fortement influencé» par le ralentissement des ventes de médicaments contre l’hépatite C.

Le bénéfice net après impôt attribuable aux actionnaires a diminué de près de 9% en raison d’un règlement de litiges et de coûts de restructuration.